Justice : le métier d’avocat

Justice : le métier d’avocat
Rate this post

avocat

Origines et évolution du métier d’avocat

Les premiers signes de la profession d’avocat se trouvent dans la Grèce antique, chez les locuteurs d’Athènes, qui ont dû faire face à divers obstacles juridiques et administratifs : d’une part, la loi exigeait que les parties se défendent ; d’autre part, il était interdit de faire payer une taxe pour aider l’une ou l’autre partie.

La figure de l’avocat n’existait pas en tant que telle, et se limitait à la préparation des plaidoiries en vue de leur utilisation dans les procès. De plus, il n’y avait pas d’experts en droit pour présider les procès, donc la rhétorique était la ressource utilisée dans les procès.

La première restriction pouvait être évitée en se faisant passer pour un « ami » du défendeur, une pratique qui a commencé à se répandre rapidement, tandis que la seconde restriction obligeait les orateurs à charger subrepticement.

Pour ces deux raisons, il n’y avait pas d’avocats en tant que tels à Athènes, et la profession n’existait pas en tant que telle, puisqu’ils ne pouvaient jamais assister aux procès en tant que professionnels du droit.

C’est alors, dans la Rome antique, qu’est apparue la figure de l’avocat en tant que professionnel exerçant sa profession de manière claire et légale. Cependant, il a fallu un certain temps avant que la loi ne soit établie en tant que profession.

En 204 av. J.-C., une loi a été adoptée pour empêcher les avocats de facturer leurs services. Les avocats ont donc exercé leur profession tout comme les Athéniens : en facturant clandestinement. C’est avec l’empereur Tibère Claudius que cette loi a été abolie, permettant une facturation ouverte. Toutefois, le montant maximum était de 10 000 sesterces, ce qui était assez bas à l’époque.

Comme à Athènes, les procès n’ont pas été présidés par des experts en droit, mais on a beaucoup utilisé la rhétorique pour défendre les parties.

Cependant, contrairement à Athènes, Rome a rapidement développé une classe de professionnels du droit formés, qui étaient sollicités non seulement par les parties à un procès mais aussi par les juges eux-mêmes.

Cette classe a rapidement créé un cadre juridique qui allait devenir le droit romain.

Pour la première fois dans la culture occidentale, il y avait un groupe de personnes dont le rôle était de réfléchir aux questions juridiques et de parvenir à des conclusions ou de rédiger de nouvelles lois.

Ces personnes étaient au départ des amateurs qui se sont adonnés au droit comme passe-temps intellectuel, mais avec le temps et la réglementation, elles en sont venues à former une profession acceptée et réglementée, un processus qui s’est accéléré sous l’empereur Hadrien.

On pourrait dire qu’au IVe siècle après J.-C., la figure de l’avocat telle que nous la connaissons aujourd’hui existait déjà : des professionnels formés au droit et à la rhétorique, exigeant des études d’au moins quatre ans et affiliés à une institution analogue à une école.

En outre, le montant maximum des honoraires a été étendu à 100 solides byzantins, un chiffre beaucoup plus élevé qu’auparavant, et qui permettait de devenir avocat et de gagner suffisamment d’argent pour vivre. Outre la figure de l’avocat, du procureur et du juge, la figure du notaire est apparue, qui rédige des écrits, des testaments et atteste des actes officiels, entre autres responsabilités.

Tout cela a changé avec la chute de l’Empire romain, qui a entraîné une dégradation et une perte des professions juridiques, y compris la profession d’avocat. La loi précédente a été perdue, et jusqu’en 1140, il n’y avait pas de professionnels du droit en tant que tels, et encore moins d’avocats ou de juges.

Les pratiques antérieures se sont perdues, et seuls les manuscrits étaient conservés dans les différents monastères. Au début du Moyen Âge, la profession d’avocat a donc cessé d’exister.

Plus tard, des personnes ont étudié le droit canonique, avec l’intention de servir dans l’Église catholique en tant que prêtres ou curés. Cependant, entre 1190 et 1230, il y a eu un changement crucial dans l’approche de la profession, et on sait que certains individus sont devenus des avocats, non affiliés à un barreau ou à une institution (puisqu’ils n’existaient pas en tant que tels à l’époque), mais facturant des honoraires pour la défense des parties dans les procès.

La régularisation a commencé l’année suivante, en 1231, lorsque deux conciles en France ont ordonné que quiconque devait exercer la profession d’avocat soit rattaché à l’institution compétente et prête serment devant les évêques de sa région, afin d’uniformiser et de régulariser les avocats, qui à l’époque adhéraient au droit canon.

En 1237, un serment similaire a été introduit à Londres, et dans la même décennie, ce système a été étendu à la Sicile. À la fin de 1250, c’était la norme en Europe, déclenchant un processus de régularisation qui allait toucher tout l’Occident. Ainsi, en 1275, le Conseil de Lyon II, a décidé que tout tribunal canonique devait être soumis à un serment devant l’autorité religieuse locale.

De même, un droit civil est apparu en parallèle, dont le développement a été plus rapide en Angleterre, et qui a également fait l’objet d’une uniformisation qui a fini par s’étendre à toute l’Europe. En 1280, les premiers barreaux sont créés, ainsi que de nombreuses réformes juridiques concernant les avocats : les avocats sont obligés de défendre une seule partie, ne peuvent pas faire appel intentionnellement à une fausse loi et doivent se soumettre à une procédure d’admission méticuleuse à leur barreau respectif.

Par la suite, la juridiction française aura une longue influence, la structure des serments étant conservée dans le système adopté par le canton de Genève en 1816. La piste du droit du Moyen Âge est longue, mais elle comprend aussi une grande partie du droit romain qui a pu être sauvée des manuscrits des monastères, ce qui a beaucoup influencé la figure de l’avocat.

Aujourd’hui, la profession d’avocat n’a pas beaucoup changé par rapport à l’histoire des juristes, aux fondements établis au cours de l’histoire. Aujourd’hui encore, dans certaines juridictions, il y a la figure du procureur qui, en collaboration avec l’avocat, représente le défendeur.

Cela est particulièrement évident dans certaines régions, où cette figure est en voie de disparition, mais est depuis longtemps inextricablement intégrée à la justice .

En raison de cette permanence de notre héritage en matière juridique, il est intéressant de voir ce qui a changé et ce qui n’a pas changé au cours de l’histoire de la profession juridique.

Des paiements clandestins aux professions réputées, elle a traversé de nombreux obstacles, des vides juridiques et de nombreuses réformes jusqu’à ce qu’elle en arrive là.

Les grands avocats du passé

L’évolution et l’histoire des avocats sont très similaires à l’évolution et à l’histoire de l’humanité. Tout comme la relation symbiotique entre les arbres et les champignons, les avocats et les humains entretiennent une relation importante et interdépendante qui remonte à l’aube de l’humanité.

Les anthropologues juridiques n’ont pas encore découvert le proverbial premier avocat. Il ne reste plus de mémoires ou de plaidoiries du proto-avocat qui aurait existé il y a plus de 5 millions d’années.

Les chimpanzés, le plus proche parent de l’homme et de l’avocat, partagent 99% des mêmes gènes. De nouvelles recherches ont définitivement prouvé que les chimpanzés n’ont pas le gène spécial L1a qui distingue les avocats de tous les autres. Cela a réfuté le célèbre résultat du procès des singes de Scopes, dans lequel Clarence Darrow a prouvé que les singes étaient également des avocats.

Charles Darwin, Esquire, a théorisé au milieu des années 1800 que des tribus d’avocats existaient déjà il y a 2,5 millions d’années. Cependant, au cours de ses voyages, il n’a trouvé que peu de preuves pour étayer cette théorie.

L’anthropologie juridique a subi un revers au début du siècle dans le célèbre scandale. Afin de prouver l’existence du lien juridique manquant, un scientifique a affirmé avoir trouvé le crâne d’un ancien avocat. Le crâne s’est avéré plus tard être de fabrication artisanale, combinant la grande mâchoire d’un avocat moderne avec la calotte crânienne d’un gorille. Lorsque le canular a été découvert, la science de l’anthropologie juridique a été ramenée 50 ans en arrière.

La première preuve scientifique solide de l’existence des avocats a été découverte par le Docteur Margaret Leakey dans les gorges d’Olduvai en Tanzanie. Sa découverte consistait en plusieurs fragments juridiques, mais aucun dossier complet n’a été trouvé intact sur le site. La datation au carbone a permis d’estimer la découverte à entre 1 million et 1,5 million d’années. Cependant, par le biais de méthodes d’anthropologie juridique, il a été théorisé que le site contient les restes d’un procès pour fraude dans lequel le défendeur a cherché à réfuter la responsabilité sur la base de son incapacité à se tenir debout. L’issue de l’affaire est inconnue, mais elle coïncide avec le déclin de l’australopithèque et la montée de l’Homo Erectus dans le monde.

Dans de nombreux sites datant de 250 000 à 1 000 000 d’années, des outils juridiques ont été découverts. Malheureusement, les outils sont souvent sous forme de fragments, ce qui rend difficile l’acquisition de nombreuses connaissances.

Le premier site complet découvert a été daté d’il y a 150 000 ans. Des pictogrammes en pierre ont été trouvés concernant un conflit de frontière terrestre entre une tribu de Néandertaliens et une tribu de Cro-Magnons. Cette décision en faveur de la tribu de Cro-Magnon a conduit à une série d’affaires successives, ce qui a mis fin à la tribu de Néandertaliens.

Jusqu’à il y a 10 000 ans, les avocats erraient dans de petites tribus, à la recherche de clients. Finalement, de petits établissements d’avocats ont commencé à apparaître dans la vallée d’Ur, le berceau de la civilisation moderne. Avec la colonisation est venue l’invention de l’écriture. Auparavant, les avocats comptaient sur les factures orales pour le recouvrement des paiements, ce qui rendait le recouvrement difficile et signifiait que si un client mourait avant le paiement (avec une espérance de vie entre 25 et 30 ans et la peine de mort pour tous les cas, la plupart des clients mouraient peu après la résolution de leur affaire), la facture restait non recouvrée. Avec des factures écrites, les avocats pouvaient poursuivre le recouvrement indéfiniment.

À la fin des années 1880, les anthropologues juridiques ont déchiffré le langage juridique hiéroglyphique lorsqu’ils ont pu déterminer la signification du désormais célèbre contrat de la pierre de Rosette.  Le célèbre premier paragraphe peut être récité mot pour mot par presque tous les avocats :

En contrepartie de 20 000 travailleurs assyriens, de 3 512 chèvres vivantes et de 400 000 hectares de dattes, le soussigné transmet par la présente tous ses droits, titres et intérêts dans et sur la propriété communément appelée le Sphinx, plus particulièrement décrite sur la pierre A jointe à la présente et qui en fait partie intégrante.

La tentative de vente du Sphinx a entraîné une purge nationale de tous les avocats par le pharaon. Beaucoup furent massacrés, et les autres errèrent dans le désert pendant des années à la recherche d’un endroit où exercer.

La Grèce et Rome ont vu la renaissance de l’avocat dans la société. Les avocats ont de nouveau été autorisés à exercer librement et ils ont pleinement profité de cette opportunité. De nombreux documents existent de cette période classique. Les affaires juridiques allaient des contrats de chèvre ordinaires à la célèbre affaire de responsabilité du fait des produits documentée dans une affaire .

L’avocat le plus célèbre de cette période était Hammurabi l’Avocat. Son code de droit a donné aux avocats des centaines de nouvelles opportunités d’affaires. En créant un système juridique massif, la demande d’avocats a été multipliée par dix. À cette époque, presque tous les voleurs et escrocs pouvaient tuer un mouton, accrocher une peau de mouton et pratiquer le droit, contrairement au système hautement réglementé d’aujourd’hui qui limite les degrés de droit aux seuls voleurs et escrocs qui n’ont pas été condamnés pour un crime majeur.

L’explosion du nombre d’avocats a coïncidé avec le développement de l’algèbre, la mathématique de la facturation juridique. Pythagore, un célèbre avocat grec, est vénéré pour son théorème de Pythagore, qui a prouvé le dilemme mathématique de la double facturation. Ce nouveau développement a permis aux avocats de devenir des membres aisés de leur communauté, ainsi que d’entrer en politique, un domaine auparavant interdit aux avocats. Malgré le bien-fondé mathématique de la double facturation, certains avocats sont allés jusqu’à l’extrême. Jules César, avocat et homme politique romain, a été assassiné par plusieurs clients pour ses heures record facturées fin février et début mars de l’année 44 avant J.-C. (Son meurtre a fait l’objet d’une pièce de théâtre de l’avocat William Shakespeare. Lorsque César a découvert que l’un de ses meurtriers était son associé Brutus, il a murmuré les vers immortels.

Avant l’ère romaine, les avocats n’avaient pas de domaines de pratique spécifiques. Au cours de cette période, des spécialistes du droit sont apparus pour répondre aux demandes de la population romaine en pleine expansion. Les avocats sportifs conseillaient les gladiateurs, les avocats de l’amirauté rédigeaient des contrats pour les grandes batailles du Colisée, les avocats internationaux voyageaient avec les grandes armées romaines pour forcer les avocats indigènes à signer des traités d’adhésion – dont beaucoup duraient des centaines d’années jusqu’à ce qu’ils soient rompus par les avocats barbares qui descendaient à Rome du Nord et de l’Est – et les toujours populaires avocats Pro Bono  qui représentaient les chrétiens et perdirent tous leurs procès pendant 300 ans.

Au fil du temps, la population des avocats a continué à croître jusqu’à ce qu’un Romain sur deux soit avocat. Bientôt, les avocats se sont mariés entre eux. Cela a donné naissance à des enfants qui avaient le droit de pratiquer le droit romain, mais avec les nombreux défauts que cela entraînait, la qualité des avocats a dégénéré, ce qui a entraîné une société juridique défectueuse de plus en plus importante et l’introduction des comptables. Sous la pression des barbares juridiques du Nord, qui avaient le don de négocier en signant ou en mourant, Rome est tombée et le monde est entré dans l’âge des ténèbres.

Pendant l’âge des ténèbres, de nombreuses théories et pratiques juridiques développées pendant l’âge d’or ont été oubliées. Les avocats ont perdu l’art de la double facturation, la journée de trente heures, l’appel téléphonique de quinze minutes et la pierre de conférence. Au lieu de cela, les avocats sont devenus des travailleurs virtuellement manuels, partageant l’espace avec les médecins barbiers primitifs. Beaucoup de gens se sont tournés vers les magiciens et les sorcières plutôt que vers les avocats, car ils étaient moins chers et plus faciles à comprendre.

L’âge des ténèbres pour les avocats a pris fin en Angleterre en 1078. Les avocats normands ont découvert une faille dans le droit gallois qui a permis à Guillaume le Conquérant de saisir un ancien emprunt français et de prendre la plus grande partie de l’Angleterre, de l’Écosse et du Pays de Galles. Guillaume récompense les avocats pour leur travail, et bientôt les avocats sont à nouveau acceptés dans la société.

Les avocats sont devenus si populaires pendant cette période qu’ils ont pu influencer fortement les rois de Grande-Bretagne, de France et d’Allemagne. Après qu’une société turque ait raidi le plus grand et le plus ancien cabinet d’avocats anglais, les associés du cabinet ont convaincu ces rois de lancer une croisade contre les factures, en envoyant des chevaliers de la collecte jusqu’à Jérusalem pour chercher à se faire payer.

Une percée majeure pour les avocats s’est produite au 17ème siècle. Le magicien Blackstone, lors d’un voyage à Rome, a mis au jour plusieurs dizaines de textes juridiques romains anciens. Cette nouvelle connaissance s’est répandue dans la communauté juridique comme la peste noire. Jusqu’à cette époque, les avocats utilisaient la langue locale de la communauté pour leur travail. Comme de nombreux non-juristes intelligents pouvaient alors déterminer quel travail, le cas échéant, l’avocat avait effectué, les avocats perdaient souvent des clients, et parfois leur tête.

En utilisant les trouvailles de Blackstone, les avocats pouvaient utiliser le latin pour cacher ce qu’ils faisaient afin que seuls les autres avocats comprennent ce qui se passait dans un procès. Blackstone était un héros pour tous les avocats jusqu’à ce que, bien sûr, il soit poursuivi pour violation des droits d’auteur par un autre avocat. Malgré sa perte, la plupart des avocats se souviennent encore affectueusement de Blackstone comme le père du latin juridique. Res ipsa loquitur était le dicton préféré de Blackstone / mon projet de loi parle de lui-même et il est encore entendu aujourd’hui.

De nombreux avocats sont entrés dans l’histoire au cours du Moyen Âge. Genghis Kahn, Esq., issu d’une famille d’avocats juifs, Hun & Kahn, a été le pionnier de la fusion avec des cabinets d’avocats de toute l’Asie mineure, à tout prix. À une certaine époque, le cabinet était le plus important d’Asie et d’Europe. Leur succès a été leur chute. À l’origine, c’était un grand cabinet spécialisé dans les dommages corporels (si vous ne payez pas leur facture, ils vous blessent personnellement), mais il est devenu conservateur avec le temps et a fini par être submergé par les avocats occidentaux. Vlad Dracul, Esq., spécialiste des fautes professionnelles médicales, était réputé pour ses connaissances en anatomie, et peu de jurés se rangeaient à ses côtés par crainte de sa facture spéciale (sa facture était placée au sommet de lances en bois de 20 pieds sur lesquelles était placé le client non payant).

Leonardo di ser Piero da Vinci, Esq. avait de multiples talents. En plus d’avoir un cabinet d’avocats très actif, il était un artiste et un inventeur. Son cas le plus célèbre a été celui de sa défense. L’affaire M. Lisa contre da Vinci (Cour supérieure italienne 1513) concernait une action en responsabilité du fait des produits, à propos d’un tableau que da Vinci avait livré au plaignant. Le tribunal, en statuant que le tableau n’était pas défectueux malgré l’absence de sourcils, a émis la célèbre phrase : « Ce tribunal ne connaît peut-être pas l’art, mais il sait ce qu’il aime, et il aime le tableau ». Cela n’était pas surprenant puisque la plaignante était connue pour ses énormes sourcils en forme de chenille. De Vinci a réussi à convaincre le tribunal qu’il avait droit non seulement à des dommages et intérêts, mais aussi à des honoraires d’avocat, à des frais et à des dommages-intérêts punitifs. Le tribunal, jetant un dernier regard sur le plaignant, a accédé à la demande.

Une affaire de litige foncier à la fin du 15e siècle est encore étudiée aujourd’hui pour l’œuvre intelligente de Christophe Colomb, Esq. Il a réussi à convaincre un tribunal aztèque, dans l’affaire Columbus contre 1 000 000 d’acres, que puisque les Indiens ne croyaient pas à la possession, ils ne pouvaient pas réclamer les terres en question. Il fallait donc donner la priorité à sa revendication. Malgré le fait que toute la cour ait été sacrifiée aux dieux, l’affaire a tenu et l’Espagne a pris une avance juridique précoce dans le Nouveau Monde.

Au fur et à mesure de la colonisation du Nouveau Monde, l’Angleterre a fini par dépasser l’Espagne en tant que premier colonisateur. L’Angleterre a commencé à envoyer tous ses criminels et ses voleurs dans le Nouveau Monde. Ce déversement massif d’avocats dans les États allait revenir hanter l’Angleterre. Finalement, les petits-enfants de ces avocats pionniers réussiront à vaincre le roi George III dans l’affaire désormais célèbre King George III v.a. À cette époque, l’Angleterre manquait terriblement d’avocats. Les nouveaux avocats américains ont exploité cette pénurie et, après une guerre juridique de sept ans, ont vaincu les Britanniques et créé les États-Unis, sous la célèbre devise : Tous les avocats sont créés égaux.

L’Angleterre n’a jamais oublié cette leçon et a immédiatement cessé sa pratique consistant à envoyer des avocats dans les colonies. Cette politique a laissé l’Australie terriblement déficiente en avocats.

Les histoires de succès juridiques étant courantes à la fin des années 1700, de plus en plus de gens ont tenté de devenir avocats. Ce processus de vol d’un bardeau inquiétait les avocats les plus performants. Pour endiguer cette vague et créer un nouveau centre de profit, ces avocats ont adopté des lois exigeant que tous les futurs avocats soient interdits de pratique à moins qu’ils ne fréquentent une école de droit agréée. L’école modèle à partir de laquelle toutes les règles d’éducation juridique ont été élaborées est la Harvard .

Harvard, créée en 1812, a établi la norme pour l’éducation juridique quand, en 1816, elle a créé le système standardisé pour l’éducation juridique. Ce système était basé sur la méthode socratique. Dans la plupart des universités, les étudiants interrogeaient le professeur/enseignant pour acquérir des connaissances. Ces étudiants facturaient leurs professeurs, et si la facture n’était pas payée, les étudiants raccrochaient généralement leur professeur de droit pour défaut de paiement. À Harvard, les rôles étaient inversés, les professeurs facturant les étudiants. Cette méthode a enrichi les professeurs et reste la norme en vigueur dans la plupart des facultés de droit en Amérique et en Angleterre.

Comme développé par Harvard, les étudiants en droit ont suivi un ensemble de cours standard comme suit :

La jurisprudence : L’histoire de la facturation légale, des premières méthodes de facturation grecques et romaines aux techniques modernes de recouvrement.

Délits : Terme juridique français pour vous vous blessez, on garde 40%. Enseigne aux étudiants les techniques de poursuite en ambulance.

Contrats : Enseigne que malgré un accord entre deux parties (le contrat), un procès peut toujours être intenté.

Procédure civile : Enseigne les règles de la cour, qui ont été modernisées il y a seulement 150 ans .

Droit pénal : Parle de lui-même.
Ces cours continuent d’être utilisés dans la plupart des facultés de droit des États-Unis.

Malgré les restrictions imposées à la pratique du droit (un diplôme universitaire de quatre ans, trois ans d’études supérieures et un examen parrainé par l’État), le nombre d’avocats continue d’augmenter au point que trois Américains sur cinq sont des avocats. (En fait, il y a plus de 750 000 avocats dans ce pays.) Aujourd’hui, chaque facette de la vie est contrôlée par les avocats. Même Dan Quayle (un avocat) prétend, à sa grande surprise, qu’il y a trop d’avocats. Pourtant, tant que des limites ne seront pas imposées au contrôle légal des naissances, le nombre d’avocats continuer

a à augmenter. Y a-t-il de l’espoir ? Nous ne savons pas et, franchement, nous nous en fichons, puisque l’auteur de ce livre est un avocat prospère et riche, que les éditeurs de ce livre sont des avocats, que le caissier de la librairie est un étudiant en droit et que votre facteur est un avocat. Alors, au lieu de vous plaindre, rejoignez-nous et souvenez-vous qu’il n’existe pas de ville à un seul avocat.

Comment devenir avocat aujourd’hui

Comme tout dans la vie, il y a de bonnes et de mauvaises choses, et il y a aussi de bons et de mauvais avocats.

Dans cet article, d’un point de vue éminemment pratique, nous voulons parler des compétences que nous devrions avoir en tant que professionnels du droit, et que nous pouvons en bref définir comme savoir négocier, savoir traiter et gagner des clients, savoir gérer notre temps et savoir parle.

1. oratoire (savoir parler).

La prise de parole en public est un outil indispensable pour tout avocat, aussi vais-je donner ici quelques conseils que j’ai appris pendant mon séjour dans certains pays anglophones. Il faut se rappeler que dans la communication, il n’y a pas de position neutre, il faut donc savoir utiliser le langage verbal et non verbal pour communiquer efficacement.

L’avocat doit constamment se balancer. L’inclinaison est le mouvement du corps d’arrière en avant et est très importante lors de la prière. On considère que pour dire quelque chose d’important, on se penche en avant et on le défend en arrière.

Faire une statue active. Afin d’attirer ou de capter l’attention du juge, il est nécessaire de faire ce que l’on appelle la statue active, c’est-à-dire de rester immobile pendant 2 ou 3 secondes afin que votre argument ait de la profondeur et que vous communiquiez efficacement avec le mouvement de votre corps.

Il faut séduire le juge, lui donner du plaisir. L’avocat doit transmettre son message de manière éloquente, très concise et brève, en ne racontant pas d’histoires ou en parlant comme pour un examen oral. Si l’avocat y parvient, il suscitera ce que l’on appelle une sympathie procédurale avec le juge.

2. la gestion du temps (savoir utiliser son temps)

L’avocat doit et doit être accro à l’ordre pour pouvoir accomplir ses tâches quotidiennes sans devoir en abandonner quelques-unes. L’avocat doit savoir choisir entre ses priorités, car bien sûr, ce n’est pas que nous n’ayons pas le temps de les réaliser, mais plutôt que ce que nous faisons fréquemment en tant que professionnels est d’accorder plus d’attention et d’importance à certaines choses qu’à d’autres.

Sur ce qui précède, il est nécessaire de faire des commentaires et de recommander que les avocats aient un agenda afin de pouvoir se souvenir constamment de leurs activités et de ne rien laisser au simple souvenir.

3. la négociation (savoir négocier)

Toute négociation comporte quatre grandes phases :

Positionnement et exploration des options. Nous proposons ici l’élaboration d’une ébauche de ce sur quoi portera la négociation, qui peut être la suivante :

Parties et questions
Liste des parties
Légitimation
Communication
Engagement
Intérêts
Alternatives
Options

2. Propositions. Il identifie les propositions que je fais et celles qui sont faites par l’autre partie.

3. Attributions et considérations. Un équilibre et une proportionnalité sont établis entre la chose la plus importante que je propose et la chose la plus importante que l’autre partie propose. Le plus précieux pour les deux parties est déterminé.

4. L’accord. C’est la dernière étape ou phase de toute négociation où l’accord est conclu et où l’accord est généré.

4. Traiter avec les clients (savoir comment traiter et gagner des clients)

Une caractéristique fondamentale que doit avoir le juriste du XXIe siècle est d’être un juriste de l’ère numérique, qui doit connaître et maîtriser les réseaux sociaux et les technologies de l’information.

Pour que le cabinet d’un avocat gagne plus de clients, il doit promouvoir son image et celle de son cabinet, par les actions suivantes :

Création d’un profil LinkedIn. LinkedIn est considéré comme le plus grand réseau de contacts professionnels au monde, grâce auquel l’avocat peut s’en servir pour se faire connaître.

Créer une marque personnelle. L’avocat doit créer sa propre marque personnelle pour susciter la confiance des gens, ce qui lui donne de la fiabilité et le rend différent des autres avocats.

Créer une page web. Afin d’assurer une plus grande fiabilité et sécurité des services juridiques d’une entreprise, il est essentiel que celle-ci dispose d’un site web.

Avoir des cartes personnelles. Dans le monde des relations sociales, en matière de réseautage, il est essentiel que les avocats aient des cartes personnelles à donner à leurs pairs et ainsi renforcer leurs réseaux.

Programme de base de données. Pour une meilleure organisation d’une entreprise, il est essentiel de disposer d’une base de données avec les affaires et les procès qui sont menés.

Programme de gestion de bureau. Il est essentiel de disposer d’un programme d’organisation et de gestion pour les différentes fonctions et activités exercées au sein de l’entreprise.

Générer de l’empathie avec le client et vaincre les conseils avisés. En ce qui concerne les relations avec les clients, il est important que le client parte satisfait de votre réponse ou solution à son problème, en lui faisant voir les conséquences positives et négatives de celle-ci, en la comparant avec les différentes opinions exprimées par d’autres avocats et en lui faisant comprendre que la vôtre est la meilleure.

Et c’est précisément la valeur de cet article, qui énumère les outils nécessaires à l’avocat pour qu’il puisse accomplir avec excellence son travail professionnel, des outils qui vont des plus petits détails du langage non verbal, de l’importance d’une communication efficace, à la gestion des émotions des gens (cerveau émotionnel), la gestion de notre temps par l’ordre et la sélection des priorités (puisque nous accusons généralement le temps) alors que ce que nous devons réellement faire est une sélection d’activités dont certaines sont plus importantes que d’autres, le traitement des réseaux sociaux et des médias numériques (marketing juridique), et ce que je pense être réellement pertinent et innovant dans le domaine du droit, la non-judiciarisation des affaires.

Personnellement, je pense qu’aujourd’hui, le bon avocat n’est pas celui qui est au tribunal et qui demande tout, mais celui qui, grâce aux outils et techniques mentionnés ci-dessus, peut apporter des solutions aux problèmes juridiques des gens sans avoir à aller au tribunal.

 

Les différentes spécialités des avocats

Pour les avocats plaidants de renom, les types d’avocats requis sont divers par leurs qualités, leurs compétences et leurs connaissances.

La profession d’avocat requiert de nombreuses compétences générales, mais chaque domaine du droit requiert d’autres compétences et aptitudes majeures en fonction de son domaine d’activité.

Types d’avocats par spécialité
Aujourd’hui, nous vous indiquons les types d’avocats en fonction de leur spécialité.

Avocats pénalistes

Les avocats pénalistes sont parmi les plus forts et les plus rationnels car ils doivent traiter des homicides, des viols, des vols et des actions agressives contre la vie humaine.

Les qualités les plus remarquables d’un juriste dans ce domaine sont une bonne prise de parole en public et une théâtralité. Ceci afin de convaincre les parties impliquées dans une procédure pénale et de défendre adéquatement son client.

Avocats fiscalistes

Un avocat fiscaliste est celui qui s’occupe de tous les processus financiers d’une personne physique ou morale. C’est pourquoi ce type de juriste s’intéresse beaucoup à l’économie et à ses lois.

Il est très important que l’avocat fiscaliste soit tenu au courant des lois qui sont modifiées en matière de taxes, de tarifs ou de droit fiscal.

Juristes du travail

Nous commençons par préciser que cette branche du droit a le pouvoir de réglementer la relation entre les travailleurs et les employeurs, ce qui inclut toute activité syndicale au sein d’une institution ou d’une entreprise.

Elles se caractérisent par la défense des droits de tous les travailleurs, de sorte que dans chaque entreprise, un avocat du travail est indispensable.

Avocats commerciaux

Comme dans la plupart des autres domaines, le droit commercial doit être constamment mis à jour, car il est très changeant. Il est très important d’être conscient des tendances commerciales et des activités connexes.

Il est essentiel qu’un juriste commercial n’oublie jamais le droit professionnel, global, individualiste, progressiste et coutumier.

Avocats civils

Ce type d’avocat est spécialisé dans les questions liées aux obligations civiles, telles que les hypothèques, les ventes, les testaments ou les baux. Ce type d’avocat doit avoir un jugement clair et une compréhension approfondie, car parfois les émotions des parties concernées peuvent s’immiscer dans les procès et cela n’est pas permis, ceci sans tomber dans une attitude froide avec le client. Par exemple, un divorce ou une dette hypothécaire.

Avocats administratifs

Les juristes administratifs consacrent généralement leur travail à défendre ou à sanctionner les actions des institutions envers une personne privée ou, au contraire, une action particulière qui affecte un fonctionnaire de manière négative. Pour ce faire, l’avocat doit être bien informé des mesures qui peuvent être prises pour défendre son client.

Combien gagne un avocat dans les pays occidentaux ?

Domaines de carrière et salaire

Vous n’êtes pas obligé de choisir un domaine juridique avant de commencer vos études de droit, mais il peut être utile de savoir quel domaine vous intéresse le plus. Si vous êtes encore aux études, ces informations peuvent vous aider à mieux orienter vos études pour qu’elles correspondent à votre futur parcours professionnel. Si vous avez déjà obtenu votre diplôme de droit, cette liste peut vous aider à comparer vos perspectives et à déterminer ce qui pourrait vous convenir.

Les avocats peuvent se spécialiser dans de nombreux domaines, de l’immobilier à la défense pénale. Chaque type de droit a ses exigences, ses responsabilités et ses demandes particulières, ainsi que son propre salaire moyen.

Voici quelques-unes des spécialités qui s’offrent à vous en tant qu’avocat, classées par ordre de rémunération, de la plus élevée (en moyenne) à la moins élevée, selon l’échelle des salaires.

Domaines du droit les mieux rémunérés

Droit de la propriété intellectuelle

Le droit de la propriété intellectuelle traite des droits légaux sur les inventions et les œuvres de création. Le travail d’un avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle consiste à aider à décider qui est autorisé à tirer profit de certains produits du travail. En général, l’objectif du droit de la propriété intellectuelle est de s’assurer que les inventeurs ou les créateurs sont autorisés à tirer profit de leur propre travail.

Comme le domaine de la technologie continue à se développer de manière exponentielle, on s’attend à ce que les avocats spécialisés en droit de la propriété intellectuelle soient de plus en plus demandés dans les années à venir.

Le salaire moyen d’un avocat spécialisé en droit de la propriété intellectuelle est de 123 334 CHF

Faute médicale

Les avocats spécialisés dans les fautes professionnelles médicales se spécialisent dans le droit des dommages corporels et de la santé. Ils se concentrent sur les préjudices intentionnels ou non intentionnels subis par leurs clients au cours d’un traitement médical, généralement en raison d’une négligence.

Le salaire moyen d’un avocat spécialisé dans les fautes professionnelles médicales est de 102 000 CHF.

Droit fiscal

Les avocats fiscalistes se spécialisent dans l’aide aux clients – particuliers ou sociétés – dans les détails du droit fiscal pour prendre les meilleures décisions financières. Les avocats fiscalistes travaillent également avec des particuliers et des sociétés qui font l’objet de procédures d’audit.

Les avocats fiscalistes peuvent travailler au sein d’une équipe juridique d’une grande société ou d’un cabinet d’avocats qui assiste des clients individuels.

Le salaire moyen d’un avocat fiscaliste est de 95 735 CHF.

Droit des sociétés et des valeurs mobilières

Le rôle d’un juriste d’entreprise est d’aider les entreprises clientes à mener leurs affaires de manière légale et efficace. Ses responsabilités peuvent aller de la création et de la constitution d’une nouvelle entreprise à la gestion ultérieure des questions de conformité.

Les juristes d’entreprise peuvent faire partie du personnel d’un cabinet d’avocats ou de l’équipe juridique à plein temps d’une entreprise. Les juristes d’entreprise bénéficient souvent de primes importantes et de programmes de participation aux bénéfices en plus de leur salaire annuel.

Le salaire moyen d’un avocat spécialisé dans le droit des sociétés et des valeurs mobilières est de 95 327 CHF

Droit du sport et du divertissement

Le sport et le divertissement sont des activités en plein essor aux États-Unis. Les avocats spécialisés dans le sport et le divertissement se spécialisent dans la représentation juridique des artistes, des équipes sportives professionnelles, des athlètes et des entraîneurs.

Ce type d’avocat se concentre généralement sur les contrats et les dispositions visant à protéger les intérêts de leurs clients.

Le salaire moyen d’un avocat spécialisé dans le sport est de 92 000 CHF

Droit immobilier

Le droit immobilier se concentre sur les terres et la construction, le développement et la propriété, et les litiges entre locataires et propriétaires.

En tant qu’avocat spécialisé en droit immobilier, vous pouvez travailler sur des achats et des transactions résidentiels ou commerciaux dans le cadre d’un cabinet d’avocats ou d’un bureau gouvernemental.

Le salaire moyen d’un avocat spécialisé en droit immobilier est de 80 711 CHF.

Quels sont les risques liées au métiers d’avocat

Le travail d’un avocat a toujours été associé à la production d’une grande quantité de documents. Le traitement de tous les types de procédures exige des avocats qu’ils rédigent en permanence tous les types de documents.

Bien que le problème du stockage ait traditionnellement été considéré comme fondamental dans cette profession, la vérité est qu’au fil des ans, d’autres problèmes ont été détectés. Parmi eux, la perte de temps liée à la transcription des textes.

Dans ce poste, nous entendons aborder ces deux problèmes majeurs rencontrés par les avocats : le manque d’efficacité de la transcription et de la gestion des documents, dans le but de mettre à la disposition de tous les bureaux les solutions disponibles pour réaliser des économies de temps et d’argent dans ces tâches.

Problèmes : gestion des documents

Comme nous l’avons présenté dans l’introduction, outre le manque d’efficacité découlant de la reproduction des écrits, nous constatons le problème de la gestion des documents. Un avocat est obligé de travailler avec des documents de toutes sortes de formats : papier, Word, etc. En outre, ces documents doivent être conservés. Ici, on retrouve une grande diversité dans les médias : ordinateurs personnels, ordinateurs de bureau, tablettes, classeurs, parmi tant d’autres. Afin d’éviter la dispersion de tous ces documents, des solutions sont également apparues qui permettent de stocker toute la documentation en un seul endroit.

Pour plus d’informations à ce sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Avocat_(m%C3%A9tier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+41 22 732 32 07

samlifredy@gmail.com