Mediumnité

Mediumnité
Rate this post

On estime qu’à l’heure actuelle, 30 % des Américains croient fermement aux compétences moyennes (Newport et Strausberg, 2001) et qu’environ 10 % de la population britannique utilise régulièrement un média pour communiquer avec le défunt et pour obtenir des renseignements sur sa vie (Roe, 1998). Même en Italie, bien qu’il n’y ait pas d’enquêtes sur le secteur, il existe de nombreuses associations qui organisent des conférences et des réunions où vous pouvez rencontrer des médiums afin de recevoir du réconfort à la douleur d’un deuil.

Le terme médium vient du latin (moyen ou instrument) et désigne une personne qui prétend pouvoir agir comme intermédiaire entre la vie et la mort avec des entités supposées transcendantes. Pour cette raison, la médiumnité est un sujet très controversé, elle sape les fondements de la science traditionnelle, c’est-à-dire ce genre de science que nous pouvons définir comme « matérialiste » dérivant des théories philosophiques du XVIIe siècle qui nient l’existence des substances spirituelles et interprètent les événements du monde, gardant la matière comme seul principe explicatif, renonçant ainsi à la spiritualité et l’immortalité de l’âme. La recherche sur la médiumnité a toujours suscité une série de débats sur la nature du phénomène. Si la médiumnité est un fait réel, alors une question se pose : d’où vient l’information ?

Survivance de la conscience ?

Dans la littérature scientifique qui traite du sujet, l’hypothèse émerge que la conscience humaine peut survivre à la mort physique dans un système info-énergétique et que les médiums sont capables d’obtenir des informations précises sur le défunt. Même d’éminents scientifiques émettent l’hypothèse que la conscience humaine est une entité qui ne se limite pas au cerveau et qui peut s’étendre au-delà de l’esprit. William James a été l’un des premiers à proposer une telle hypothèse, affirmant que la conscience n’est peut-être pas un produit de l’esprit, mais que le cerveau est un « récepteur-antenne » de la conscience, tout comme Max Planck, prix Nobel de physique, a dit que la conscience serait un produit externe médié, transformé ou canalisé par le cerveau (cette théorie est examinée dans Clarke, 1995).

La recherche parapsychologique (ou recherche psychique) menée entre le XXe et le XXIe siècle, en plus de la médiumnité, a étudié de nombreux phénomènes tels que les expériences avant la mort, la télépathie, la télékinésie, la pré reconnaissance, la clairvoyance, etc. Parmi ceux-ci, nous nous souvenons de ceux de R. Sheldrake et de ceux de Radin qui s’interrogent sur le fait que la conscience humaine est une entité confinée au cerveau. Les auteurs, basés sur les recherches des biologistes quantiques russes Poponin et Gariaiev sur l’ADN fantôme, émettent l’hypothèse que par les tunnels magnétiques espace-temps supposés par Einstein-Rosen, l’ADN se relie aux champs morphogénétiques, auquel toutes les composantes d’une même espèce auraient accès) rendant ainsi possibles les cognitions anormales qui surviennent lors des expériences. En effet, les découvertes les plus récentes de la physique quantique ouvrent la porte à la possibilité de l’existence d’autres dimensions qui pourraient expliquer l’origine des phénomènes paranormaux.

Recherche sur les médiums. Revue historique

Ce n’est que vers la fin du XIXe siècle que les premières études empiriques sur la médiumnité ont été menées. Ensuite, les chercheurs ont tenu des séances prolongées avec les médiums qui ont rapporté une grande quantité d’information sur la personne décédée, une fois transcrite, toute l’information a été évaluée par les participants à l’expérience qui ont exprimé un jugement sommaire sur l’exactitude de l’information. Les chercheurs ont trouvé des preuves substantielles à l’appui des capacités médiumniques.

Cependant, ces premiers travaux ont été sévèrement critiqués. En effet, les chercheurs ont négligé la possibilité que les descriptions exactes du défunt puissent être le résultat de stratagèmes psychologiques utilisés par des médiums autoproclamés qui, en contact visuel avec le consultant, pouvaient produire des informations précises basées simplement sur la communication non verbale telle que la posture du consultant, le ton de la voix, la rapidité à répondre « oui » ou « non », etc.

Par exemple, un énoncé comme  » le défunt avait un grand potentiel inexploité  » est très générique et peut être attribué à de nombreuses personnes. De plus, le gardien peut considérer bon nombre de ces affirmations comme étant vraies parce que, affligé par le deuil, il a un fort désir de recevoir un message du cher défunt. Si le consultant envoie une rétroaction positive à cette déclaration, le lecteur à froid continue avec la même technique, sinon il change de stratégie jusqu’à ce qu’il trace un profil descriptif exact de la personne décédée.

Source à voir : https://medium-suisse.ch/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *